L’épilepsie de l’enfant

L’épilepsie est une maladie neurologique à dominante pédiatrique. C’est une maladie chronique fréquente chez l’enfant. En France, on estime à 90 000 le nombre d’enfants atteints par cette pathologie. L’épilepsie se caractérise par la survenue plus ou moins fréquente et imprévisible de crises qui peuvent durer de quelques secondes à plusieurs minutes. Les crises peuvent se manifester sous différentes formes : absences, convulsions, pertes de connaissance.

1 836 vues Partager Icon Facebook Icon Twitter Icon Mail

Quelle est l’origine de l’épilepsie chez l’enfant ?

Les épilepsies sont classées en fonction de la cause qui les a provoquées.

  • Les épilepsies symptomatiques ont pour origine une lésion du cerveau (traumatisme crânien, tumeur, malformation congénitale, encéphalite, séquelles d’une souffrance à la naissance, etc.).
  • Les épilepsies idiopathiques sont d’origine génétique .
  • Lorsque les moyens diagnostiques actuels ne permettent pas de prouver la cause suspectée on parle d’épilepsies cryptogéniques.

Quels sont les symptômes d’une crise d’épilepsie ?

L’épilepsie est marquée par la répétition plus ou moins fréquente et imprévisible de crises qui peuvent provoquer divers symptômes.

  • Les crises tonico-cloniques sont les plus impressionnantes. Elles se caractérisent par des contractions intenses de tous les muscles, associées à des convulsions qui peuvent durer plusieurs minutes.
  • Les absences sont des crises sans convulsions qui durent quelques secondes. Durant la crise, l’enfant n’est pas conscient il n'interagit pas avec l’entourage. Cette forme de crise est l’une des plus fréquentes chez l’enfant.
  • Plusieurs autres formes de crises existent et les symptômes des crises focales sont souvent plus discrets.

Les crises sont déclenchées par un dysfonctionnement des neurones cérébraux. Au cours de la crise, des décharges électriques excessives, répétitives et synchronisées rendent leur activité anormale, ce qui interfère avec les fonctions du système nerveux central. Les décharges électriques peuvent avoir lieu dans différentes parties du cerveau. Si les décharges électriques touchent une large zone du cerveau on parle de crises généralisées. Si la crise est contenue dans une zone spécifique du cerveau on parle de crises localisées ou focales..

Comment fait-on le diagnostic de l’épilepsie chez l’enfant ?

Le diagnostic est réalisé après un bilan approfondi par le neuro-pédiatre. L’interrogatoire de l’entourage et des témoins de la crise permet d'obtenir des informations essentielles pour classer la crise en généralisée ou focale. Le bilan comprend de façon systématique un électro-encéphalogramme (EEG). L’EEG est un examen indolore qui mesure l’activité du cerveau, via des électrodes posées sur le cuir chevelu. L’imagerie (IRM, tomographie, etc.) permet notamment d'identifier d’éventuelles lésions du cerveau.

Comment traite-t-on l’épilepsie chez l’enfant ?

Le traitement médicamenteux comporte un traitement de fond quotidien dont l’objectif est de limiter la survenue des crises. Près de 70 % des épilepsies sont sensibles aux traitements. L’observance aux traitements est essentielle pour diminuer le risque de nouvelles crises. Dans certains cas, un traitement de crise anticonvulsivant pourra être associé. → bandeau produit La prise en charge comprend également des mesures hygièno-diététiques et éducatives. L’éducation thérapeutique est essentielle dès le diagnostic pour assurer une meilleure qualité de vie de l’enfant et de sa famille. Elle a pour objectif notamment que l’enfant et son entourage puissent mieux faire face aux crises et qu’ils puissent mettre en place toutes les mesures préventives pour réduire les risques liés à l’apparition d’une crise (organisation du quotidien, adaptation de l’habitation, etc). Enfin, une chirurgie peut-être envisagée dans certains cas.

Quels sont les facteurs déclenchant une crise ?

La crise apparaît de manière fortuite mais certains facteurs peuvent favoriser le déclenchement d’une crise d’épilepsie. Certaines émotions comme le stress, ou encore le manque de sommeil augmentent le risque d’avoir une crise. Une mauvaise observance au traitement de fond quotidien favorise la survenue des crises. Enfin, certaines crises peuvent survenir à la suite de troubles métaboliques (hypoglycémie, hyponatrémie, etc.).

Quels sont les précautions à prendre dans la vie quotidienne ?

L'épilepsie peut nécessiter une adaptation du mode de vie de l’enfant et de son entourage. Au quotidien, il est conseillé de limiter les facteurs favorisants et de prévenir les risques domestiques qui pourraient survenir lors d’une crise (protection des plaques de cuisson, mobilier sans arêtes, etc.). Certains sports sont déconseillés car la survenue d’une crise pourrait mettre en jeu le pronostic vital (plongée sous-marine, planche à voile, etc). À l’école, la majorité des enfants atteints d’épilepsie suivent une scolarité ordinaire. Une prise en charge spécifique est cependant nécessaire pour adapter au cas par cas le parcours scolaire de l’enfant épileptique.

Pour en savoir plus
  1. Chouchana A. Epilepsie de l’enfant. Rev Prat 2016;92:20.
  2. Feuvrier C. L’épilepsie. Porphyre 2017;532:25-30.

Frédéric Bender

Docteur en pharmacie